Le Budget

Le BUDGET pour Qui ? Pourquoi ? Comment ?

Le budget est à la fois un instrument d’anticipation permettant de mettre en œuvre une politique volontariste de développement (déclinaison annuelle et opérationnelle des plans stratégiques), et un outil de coordination verticale (contrat passé entre le management et un responsable opérationnel) aussi bien qu’horizontale, entre les différents services (il prend en compte et harmonise les exigences et contraintes de chacun de l’approvisionnement à la vente).

Le contrôleur de gestion joue un rôle central dans ce processus de construction budgétaire, il est le garant de la cohérence globale de celle-ci et sa position transversale lui permet d’accompagner l’ensemble des décideurs opérationnels dans la définition de leurs objectifs et le choix de leurs moyens.

Les objectifs budgétaires restent, le plus souvent, la base première de l'évaluation de la performance dans l’entreprise.

Contrairement aux idées reçues, Ce n'est pas difficile de le mettre en œuvre au sein d'une TPE, PME.

 

Les étapes à respecter :

On retrouve dans la construction budgétaire les étapes suivantes :

  • La Fixation des objectifs

Ces objectifs et les moyens nécessaires pour les atteindre, sont le plus souvent négociés par le responsable du centre de responsabilité avec sa hiérarchie. Il s’agit d’un véritable contrat moral et parfois financier dans la mesure où le responsable peut avoir une partie de sa rémunération qui dépend de la réussite du contrat (on parle de gestion budgétaire contractuelle).

Ces objectifs doivent être en cohérence avec la stratégie globale, réalistes afin de ne pas décourager les acteurs. Ils doivent être source d’initiative, de créativité, d’innovation, de croissance...

Ces objectifs peuvent être déclinés selon différents scénarios (optimiste, pessimiste...) en fonction des évolutions probables de l’environnement économique général et sectoriel. Cette façon de procéder donne à l’entreprise une plus grande réactivité lorsque tel ou tel élément d’un scénario se réalise.

  • L'établissement des plans d’actions

Il faut décrire avec précision les actions qui permettront d’atteindre les objectifs fixés, les facteurs clés qui vont conditionner la réussite de ces actions, les personnes concernées, le calendrier à respecter, les moyens à mobiliser, les résultats attendus et la façon de les mesurer (indicateurs de performance).

  • La valorisation

La valorisation est en apparence une opération assez simple qui consiste à multiplier des volumes (nbre d’heures, kg de matière...) par des prix unitaires. L’entreprise ne possède cependant pas la maîtrise d’une grande partie de ces prix. Là encore, elle doit faire des prévisions sur ce que sera le marché, à quel niveau s'établira la pression fiscale imposée par l’État, l'évolution des taux de change, le taux d’absentéisme, de rebus...

  • Les arbitrages budgétaires.

La construction budgétaire est itérative par nature. Les budgets sont naturellement interdépendants, la mise au point d’un système global équilibré suppose donc un certain nombre de concessions mutuelles pour tenir compte de spécificités ou des contraintes de chacun (la cohérence globale étant celle définie par le plan stratégique).

Le budget  est négocié dans la limite du respect des grandes orientations fixées par la direction (lettre de cadrage). Il constitue un engagement du responsable vis à vis de ses collaborateurs et sa hiérarchie

  • Suivre les réalisations et analyser les écarts

Il faut mettre en place des instruments qui permettent ce suivi. Souvent ce suivi s’effectue par grandes lignes budgétaires (dans sa forme la plus simple on compare les dépenses engagées aux dépenses autorisées).

Dans les cas plus complexes, le contrôleur de gestion et le responsable de centre mettent en place des indicateurs de performances afin d’analyser plus finement les écarts entre les résultats attendus et les réalisations constatées.

Si vous voulez être accompagné dans le processus budgétaire vous pouvez faire appel à nos services.